Rencontre : Mirjam van de Kamp, chargée de comptes associations, Rotterdam Partners

by on 8 octobre 2016

rotterdam-img016-696x521
Mirjam van de Kamp

NOUS ESSAYONS DE FAIRE PREUVE D’AUDACE

Où bat le coeur des affaires à Rotterdam ?

Mirjam van de Kamp – Les sièges des principales entreprises sont situés autour de la gare, ainsi bien sûr qu’à proximité du port qui reste essentiel pour l’activité économique de Rotterdam. La zone du terminal de croisière attire aussi entreprises et habitants. C’est un quartier en devenir, tout comme les abords du centre de conventions Ahoy. La municipalité est consciente du fait que construire des tours ne suffit pas à faire évoluer une ville : ce sont les gens qui y vivent qui y contribuent. L’objectif est donc de proposer aux habitants un environnement différent pour adopter un nouvel état d’esprit.

Comment expliquez-vous la nouvelle popularité de Rotterdam ?

M. v d K. – Nous devons nous réinventer en permanence, et cela depuis la Deuxième Guerre mondiale. Mais, depuis quelques années, nous sommes plus créatifs, plus innovants. La construction du Markthal en est un parfait exemple : nous essayons d’être différents, de faire preuve d’audace. Les autorités ont aussi pris conscience que le voyage d’affaires et le marché des réunions et congrès sont cruciaux pour une destination.

Que représente le tourisme d’affaires ?

M. v d K. – Globalement, on estime que 65 % des visiteurs viennent à Rotterdam pour affaires, contre 35 % pour le loisir. L’une des grandes tendances actuelles dans le monde du voyage est de vouloir vivre comme les locaux. C’est très facile à Rotterdam, où il n’y a pas vraiment de zone attribuée aux voyageurs d’affaires. Du coup, ils se mêlent à la population locale, sur Witte de Withstraat par exemple.

A lire aussi dans ce dossier :Rotterdam : Port d’attache archi design.

Mirjam van de Kamp

NOUS ESSAYONS DE FAIRE PREUVE D’AUDACE

Où bat le coeur des affaires à Rotterdam ?

Mirjam van de Kamp – Les sièges des principales entreprises sont situés autour de la gare, ainsi bien sûr qu’à proximité du port qui reste essentiel pour l’activité économique de Rotterdam. La zone du terminal de croisière attire aussi entreprises et habitants. C’est un quartier en devenir, tout comme les abords du centre de conventions Ahoy. La municipalité est consciente du fait que construire des tours ne suffit pas à faire évoluer une ville : ce sont les gens qui y vivent qui y contribuent. L’objectif est donc de proposer aux habitants un environnement différent pour adopter un nouvel état d’esprit.

Comment expliquez-vous la nouvelle popularité de Rotterdam ?

M. v d K. – Nous devons nous réinventer en permanence, et cela depuis la Deuxième Guerre mondiale. Mais, depuis quelques années, nous sommes plus créatifs, plus innovants. La construction du Markthal en est un parfait exemple : nous essayons d’être différents, de faire preuve d’audace. Les autorités ont aussi pris conscience que le voyage d’affaires et le marché des réunions et congrès sont cruciaux pour une destination.

Que représente le tourisme d’affaires ?

M. v d K. – Globalement, on estime que 65 % des visiteurs viennent à Rotterdam pour affaires, contre 35 % pour le loisir. L’une des grandes tendances actuelles dans le monde du voyage est de vouloir vivre comme les locaux. C’est très facile à Rotterdam, où il n’y a pas vraiment de zone attribuée aux voyageurs d’affaires. Du coup, ils se mêlent à la population locale, sur Witte de Withstraat par exemple.

A lire aussi dans ce dossier :Rotterdam : Port d’attache archi design.

« >http://www.promotion-du-tourisme.com/feed/latest.rss